News

Scroll down to see more

                                                                                                                                                                                                                                                                   © Suzy Mazzanisi

ACTUELLEMENT :
12..09.19 - 5.10.19     ° Andata ritorno, laboratoire d'art contemporain, Genève
                                          Exposition du 12 septembre au 5 octobre                                       
                                          Vernissage le jeudi 12 septembre 2019 dès 18h
                                         
 dans le cadre des Vernissages communs du quartier des Bains   
                                          Finissage le samedi 5 octobre de 14h à 18h / je serai présente au vernissage et au finissage
                                          Horaires : Du me au sa de 14h à 18h ou sur rendez-vous, +41 78 882 84 39 
                                          andata.ritorno@gmail.com / 37 rue du Stand, 1204 Genève  
                                          www.andataritornolab.c
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Anouk Tank
©Suzy Mazzanisi
©Anouk Tank
Dévêtir la nuit
« Rêvons, acceptons de rêver, c’est le poème qui commence. » Robert Desnos
Ariane Monod est peintre, un versant de sa pratique consiste en des interventions in situ dont elle en donne comme titre générique « Esquisse murale ». Cette exposition est l’aboutissement d’une résidence d’artiste pendant juillet-août 2019, seul moment où Andata/Ritorno interrompt sa programmation. Cette résidence a été entrecoupée par un voyage au Japon qui n’est pas sans laisser de traces dans le résultat final.
« Esquisse murale », ce terme indique d’emblée avec humilité la recherche d’infini en jeu dans l’œuvre de l’artiste. Une manière peut-être encore et selon le mot d’Aragon à vingt ans de « faire entrer l’infini ». Les outils choisis pour ce processus sont le fusain et l’eau. Le fusain comme chacun sait, est le résultat d’un bois calciné (fusain de saule, gras/sec et compressé) et c’est comme une force d’incandescence cachée qui guide les mains de l’artiste dans une recherche graphique où rejaillit un souffle qui n’est pas sans rappeler celui qui vous prend droit au cœur lorsque vous pénétrez dans les dessins d’une grotte préhistorique. Mais ici nulle présence animale ou humaine, des fragments de nature, de paysages vus et réinterprétés dans une vision subjective où débordent des coulées de falaises suggérées, des vagues de torrents qui se déversent sur on ne sait quel rivage imaginaire. L’artiste a fait de nombreux voyages au Japon. Elle en a gardé le goût de « la contemplation des pierres de lettrés (Gongshi en chinois et Suiseki en japonais) {qui} est un art en soi ». Ariane Monod nous propose alors des images façonnées « par le vent et l’eau ». Si l’Orient est présent, la fresque nous renvoie à quantité de lieux vus dont elle dégage et abstrait un paysage dont l’immobilité n’en est qu’une illusion. Il y a plutôt « arrêt sur image ». Dans un monde porté par la force du souffle. Le vent s’est levé et c’est alors comme des traces d’ondes en mouvement quand l’eau a été caressée d’un seul objet, d’un seul battement d’aile, même d’oiseaux absents. Des coulures rupestres ont laissé leurs dessins comme des pleurs de nature alanguie en recherche de traces d’éternité.
La nature a versé sa palette du camaïeu de la terre quand elle noircit et par les pierres d’ombres incrustées dans la roche du temps. Pour entendre ce grondement, il n’est que de plisser les yeux et vous reviennent dans les oreilles comme dans les paupières qui se ferment, le chant de l’infini de la nature. De quel écho cette chambre chante le tumulte ? Des océans peut-être et de l’appel du secret des grottes enfouies. De quelle galaxie cherchée jusque dans le tréfonds des abysses ? De quelle étoile absente qui se cherche une nuit ? De quel espace hérité de Lascaux et réinventé dans des traces qui ne sont ni de laves, ni de lèvres, ni d’ocre, ni de terre mais le fruit des empreintes d’un bois noirci. Ariane Monod nous livre un espace nocturne chercheur d’ouverture et de lumière comme une respiration qui ne sait se taire, ni se tarir.
Si l’on peut peindre le monde, une vision du monde en noir et blanc, c’est sans doute aussi par un besoin impérieux de clarté. Si l’on peut métamorphoser une galerie d’art en un antre clair-obscur c’est sans doute dans la quête d’une invitation à voir, à sentir, à ressentir, à donner à voir l’inédit d’une mémoire enracinée. Le vrai passeport de l’artiste est peut-être celui de faire voyager les images par-delà les continents et de les retranscrire dans son intuition avec l’énergie particulière et subjective qui est la sienne. Ainsi nait entre Orient et Occident sa proposition paysagiste telle une gravure agrandie.
Les vagues apparaissent ainsi, les ressacs, la tourmente, le vent, les retombées aquatiques qui semblent des appels au large de l’inconnu, de l’indicible et de l’imaginaire marin autant que céleste. Comme le reflet des étoiles qui brille bien plus que sur l’étendue des eaux, et qui est transpercé jusqu’aux profondeurs de ces lieux remémorés, mouvants, et tremblés de murmures dans l’apparence des cavernes.
Il en est des vagues comme de certaines pensées. Elles sont ce mouvement en aval et en amont, et leur pouvoir de persuasion vient de ce flux et reflux.
Abstraire. Refaire. Déconstruire. Peindre. Si le monde est un tableau, il faut donc lui rendre en miroir ce qu’il cache, nous renvoie, nous éblouit du fond de la nuit. Le rendre à son image, le transcender, le reconstruire, le réinventer de l’aube au crépuscule. L’émerveillement de le redécouvrir chaque jour. Placer une étoile de mer au fond de l’aube. Après la nuit, le chant des étoiles alors que les oiseaux ne répondent plus à l’absurde question de savoir comment ils volent. Nocturne, le bruissement des couleurs entre chien et loup. Nocturne, le bruit des dessins de Lascaux et leur perspective prémonitoire. Diurne, le chant du jour qui s’invente une symphonie. Et si les plus beaux paysages étaient ceux que l’on s’invente dans la mémoire d’un vécu ? Comme une écume de mer, comme la trajectoire d’un torrent, comme un tremblement dans la nuit qui guette et cherche la quiétude de l’or du silence.
Joseph-Charles Farine, septembre 2019

PROCHAINEMENT :

Novembre 2019           ° 2 et 3 novembre: Atelier (rrr) ouvre-toi... (quatrième édition)
                                          Week-end portes ouvertes des ateliers d’artistes à Genève
                                          Horaires: 13h–19h
                                          Act-art organise tous les deux ans un week-end ateliers portes ouvertes. 
                                          Cette action vise à promouvoir la scène artistique contemporaine genevoise 
                                          dans un esprit de rencontres et d’échanges au cœur même des lieux de création.
                                          https://ouvre-toi.act-art.ch

                                       * Collective, Ferme asile, Sion 
                                          Vernissage le 9 novembre lors de la nuit des musées en Valais
                                          www.ferme-asile.ch
Janvier 2020                  ° Galerie Grande Fontaine, Sion 
                                           www.galerie-grande-fontaine.ch

Août 2020                      ° Dohjidai Gallery, Kyoto, Japon
                                           www.dohjidai.com

A découvrir également
Back to Top